Demande d'essai Commander prospectus Trouver un concessionaire Configurez votre Toyota Souscription Newsletter

Histoire du sport automobile selon Toyota

Une saga qui remonte a 57 ans.

Nous avons commencé à écrire l'histoire du sport automobile en 1957, avec notre participation au rallye d'Australie, une compétition éprouvante. Depuis, nous nous sommes maintenus à la pointe du progrès en nous illustrant sur la scène mondiale dans de nombreuses disciplines.

Depuis que la première Toyopet Crown a franchi la ligne d'arrivée en Australie après 17'000 km et 19 jours, nos activités dans le sport automobile nous fournissent un laboratoire idéal pour tester de nouvelles technologies et de nouveaux matériaux. Des expériences qui nourrissent le développement de nos voitures de tourisme.

/
Toyopet Crown Deluxe
Les premières années

Le Japon a connu un bel essor économique douze ans seulement après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Son industrie automobile n'en était encore qu'à des balbutiements. La qualité des modèles importés dépassait nettement celle des véhicules indigènes, et seule une petite minorité s'intéressait au sport motorisé.

Cependant, le Ministère des Affaires étrangères relaya le souhait du consulat du Japon en Australie concernant la participation d'un constructeur automobile japonais au rallye d'Australie de 1957. Toyota fit part de son intérêt. Accompagné de Koujiro Kondo, Kunio Kaminoruma prit le volant de notre berline Crown 1.5 l - qui n'avait pas encore été testée - pour 19 jours d'une course sans répit.

A la surprise générale, la voiture se classa sans grande difficulté au 47e rang, un résultat respectable, quand on sait que la voiture était chargée avec un maximum de carburant et de pièces de rechange pour 48 chevaux seulement sous le capot. Au fil de la compétition, 34 participants sur 86 furent disqualifiés, et nous étions le premier constructeur japonais participant à une compétition de sport automobile.

/
Toyopet Crown completes the Round Australia Rally
Etablir les bases

Les années soixante ont marqué le début d'un nouveau chapitre pour Toyota et les fans japonais, témoins d'un engouement croissant pour le sport automobile au Japon et la présence de Toyota sur tous les circuits du monde.

L'univers des courses a changé à la fin des années soixante. Les moteurs devenant toujours plus puissants, nous avons construit notre première voiture de course, la Toyota 7. Equipée d'un moteur en position centrale 3 litres V8, la première version fut bientôt remplacée par une version 5 litres qui termina en troisième position au Grand Prix du Japon en 1969.

Dans les années septante, les constructeurs se détournèrent quelque peu du sport automobile pour se concentrer sur la lutte contre les substances nocives. Le développement de bolides de course puissants fut mis entre parenthèse avec l'annulation du Grand Prix du Japon en 1979. Une amère déception pour tous les fans du sport automobile sous la marque Toyota répartis aux quatre coins du monde, d'autant plus que nous venions de présenter la première voiture de course turbo, la Toyota 7 Turbo.

La situation s'aggrava encore en 1973 avec la pénurie de carburant provoquée par la guerre au Proche-Orient. Plusieurs constructeurs mirent un terme à leurs activités dans le sport motorisé. Alors que nous étions actifs dans le segment des voitures de sport depuis 1968 avec la Corona, nous avons mis l'accent sur cette catégorie et développé d'autres versions sportives comme la Corona Levin, Starlet et Celica Turbo, qui remporta les 1000 km de Fuji en 1973.

/
Toyota 7 Turbo
Percée sur la scène internationale

Après quelques années difficiles et incertaines au début des années septante, de nouvelles perspectives allaient s'ouvrir pour le sport automobile japonais. La Formule 1 fit son apparition au Japon avec le Fuji Speedway en 1976 et 1977. La Formule 2 et le groupe C s'établirent également au pays du soleil levant.

Au début des années quatre-vingts, nous soutenions principalement des équipes privées et des clubs de pilotes japonais, alors que nous nous développions de plus en plus outre-mer.

Nos Corolla et Celica se montraient tout à fait concurrentielles dans les championnats du monde de rallye. Des succès comme celui du Safari Rallye en Afrique orientale et une double victoire en Nouvelle-Zélande ouvrirent une décennie de succès en rallye

En 1982, nous nous sommes lancés dans la série IMSA (International Motorsport Association Series) aux Etats-Unis, où nous avons remporté la catégorie GT en 1987 avec une Celica turbo.

/
Celica Twin-cam Turbo

Entre-temps, nous avions établi au Japon une nouvelle série TEC pour les véhicules du groupe A, dans lequel des équipes soutenues par Toyota étaient très actives. Notre Supra Turbo du groupe A remporta un franc succès dans cette série avec des équipes comme TOMS, qui participa aussi aux légendaires 24 heures du Mans en 1985.

Un bouquet coloré de titres de champions

Le rallye connut une grande popularité à la fin des années quatre-vingts et au début des années nonante. Les fans jubilaient de voir leurs idoles piloter des véhicules issus des modèles commercialisés pour le grand public. Notre Celica GT-four du groupe A alignait les victoires et nous fit remporter le championnat des pilotes en 1990 et 1992, ainsi que le championnat des pilotes et des constructeurs en 1993 et 1994.

En dehors de la boue et du gravier des pistes de rallye, nous avons participé des deux côtés de l'Atlantique à des courses d'endurance ainsi qu'à la série IMSA-GTP américaine. En 1989, nous sommes passés dans la catégorie des prototypes. Nous nous sommes illustrés sur tous les circuits du monde avec la Peugeot 905. La seconde place décrochée au Mans en 1993 fut une belle réussite.

/
Celica GT-Four

La Toyota AAR Eagle de Dan Gurney domina la série IMSA-GTP en 1992 et 1993 face à la concurrence féroce des autres grands constructeurs.

Le championnat "All Japan Touring Car Championship" démarra en 1994 au Japon avec des berlines quatre portes 2 litres, qui s'affrontaient dans des courses en départ arrêté. Nous avons remporté le premier championnat avec une Corona, puis à nouveau en 1998 avec une Chaser, puis cette compétition fut abandonnée.

Titres prestigieux

Depuis 1975, le Toyota Team Europe (TTE) a assumé la responsabilité de nos engagements dans les championnats de rallye sous la direction de Ove Anderson. En 1998, toute l'attention du TTE se focalisa sur les 24 heures du Mans, et l'équipe décrocha en 1999 notre troisième titre de champion WRC.

Après des débuts impressionnants en 1998, l'innovante TS020 manqua de peu la victoire après un départ en pole position, et termina la course au 2e rang. A la pointe du progrès sur la scène mondiale du sport automobile, la TS020 fut l'une des premières voitures de course dont le design a été développé sur ordinateur.

/
Toyota TS020 GT1

Un peu plus tôt, en 1996, nous avions fourni les moteurs pour la série américaine CART Champ Car. Après une première victoire en 2000, deux années s'écoulèrent avant que Cristiano Da Matta ne décroche les titres de champion des pilotes et champion des constructeurs. En 2003, nous sommes passés à l'Indy Racing League comme fournisseur de moteur et nous avons remporté le championnat des pilotes.

L'excellente année 2003 fut couronnée par l'exploit de Gil de Ferrans aux 500 miles d'Indianapolis, première victoire pour un moteur japonais.

Un nouveau défi

Compte tenu des titres obtenus dans quelques-uns des événements de sport motorisé les plus prestigieux au monde, nous avons décidé d'entrer en Formule 1 en 1999.

Basée à Cologne, Toyota Motorsport GmbH (TMG) succéda à TTE pour diriger nos activités en F1. Après les victoires en WRC et au Mans, TMG développa tous les châssis et les moteurs à Cologne, où elle bénéficiait du soutien des ingénieurs de notre département R&D du Japon.

/

Nous avons décroché plusieurs pôles positions et podiums sur neuf saisons de concurrence acharnée en F1, mais aucune première place malheureusement. Pour l'équipe qui s'investissait sans compter, chaque point gagné représentait toutefois une victoire dans la lutte contre des équipes très expérimentées et dotées des meilleurs pilotes.

Plusieurs grands moments ont marqué nos neuf saisons en F1, comme la sixième place de Mika Salos dans notre premier Grand Prix et la victoire de Cristiano da Mattas en Angleterre un an plus tard, avec deux 3e place la même année. Ralf Schumacher et Jarno Trulli ont toutefois signé notre meilleur résultat en 2005: première pôle position, gain de points constant et une 4e place au championnat des constructeurs. La preuve que nous pouvions rivaliser avec les meilleurs.

/
Toyota TF107

Rapide dès le départ, la TF109 de 2009 fut finalement notre dernière voiture conçue pour la F1. Nous nous sommes tournés vers les courses d'endurance, avec une victoire au World Endurance Championship 2012 (WEC).

Une nouvelle ère du sport motorisé

Revenir à un championnat incluant la légendaire course du Man était une chose, mais construire un véhicule qui ferait la démonstration de notre technologie hybride en était une autre, et c'est pour cette raison que le WEC était le bon choix.

Sous la direction de TOYOTA Racing, la nouvelle TS030 HYBRID suscita l'enthousiasme dans les saisons 2012 et 2013 avec sa technologie essence-hybride. La récupération d'énergie au freinage permit de gagner 300 ch supplémentaires pour la propulsion électrique et une puissante accélération dans les virages.


Avec les deux souffleries de TMG, la TS030 HYBRID a repoussé les limites de l'aérodynamisme dans chaque détail. Compte tenu des grandes différences entre circuits, une vitesse de pointe de 330 km/h a été atteinte au Mans, tandis que la maniabilité de l'engin a été démontrée dans les virages lents comme à Interlagos, où la mobilité et l'adhérence sont décisives.

/
TOYOTA Racing TS030 HYBRID

Aujourd'hui, en 2014, après 57 années d'activité dans le sport motorisé ponctuées de hauts et de bas, nous nous trouvons à l'aube d'une nouvelle ère avec une technologie qui équipe déjà 6 millions de Toyota.

Après deux années de succès au WEC avec cinq victoires, six pôles positions et quatre tours les plus rapides, nous envisageons en toute confiance notre nouveau défi, la TS040 HYBRID.

Nos pilotes disposent désormais d'une puissance supérieure à 1000 ch avec la technologie hybride de course la plus avancée, qui combine les 480 ch fournis par la propulsion hybride sur quatre roues motrices et les 520 ch du moteur essence 3,7 l.

En remportant les deux premières courses de la saison 2014 du FIA WEC, l'année a commencé sur les chapeaux de roue pour nos fans. Et même si la victoire n'était pas au rendez-vous à la course du Mans, nous poursuivons la saison dans les meilleures conditions pour gagner le championnat.

/
TOYOTA Racing TS040 HYBRID

Nous espérons que de nombreux succès viendront s'ajouter à tous ceux connus par le passé, puisqu'un nouveau chapitre vient de s'ouvrir dans l'histoire du sport motorisé Toyota.

Notre protection des données électroniques

Nous utilisons des cookies sur notre site Internet pour vous offrir le meilleur service.  Si vous l'acceptez, vous pouvez continuer de consulter notre site Internet ou vous pouvez vous renseigner sur la manière dont nous gérons les cookies.