IMPOSSIBLE STORIES

Starting your impossible isn’t easy, but these athletes prove that when you are free to move, anything is possible.

Andrea Eskau - Ski de fond handisport

Ses bâtons de ski de fond en main, Andrea Eskau fixe l’objectif dans sa combinaison rouge.
NAISSANCE

Le 21 mars 1971

VILLE

Apolda, Allemagne

SPORT

Cyclisme paralympique, ski de fond handisport

JEUX PARALYMPIQUES

2008, 2012, 2016
PARALYMPIC WINTER GAMES
2010, 2014

RÉUSSIR L’IMPOSSIBLE

Andrea est certes devenue athlète handisport par nécessité, mais il n’a pas fallu longtemps à l’Allemande pour s’imposer comme l’une des forces incontournables de la scène paralympique des Jeux d’été et d’hiver. Elle s’est d’abord essayée au basket en fauteuil, avant de se tourner vers le ski de fond et le biathlon handisport, la course en fauteuil et le handbike.

A ce jour, Andrea a remporté 37 médailles aux championnats du monde et a été 27 fois championne du monde de handbike, de biathlon et de ski de fond handisport.

«Les sacrifices et les efforts nécessaires [pour gagner une médaille d’or paralympique] sont véritablement incroyables et nous sommes fiers de faire partie de l’équipe d’Andrea.»
- Un ingénieur de Toyota TMG

/

J’ai remporté de nombreuses médailles, mais ma plus grande réussite en tant qu’athlète est d’être fair-play et compétitive. C’est le plus important pour moi.

La détermination sans faille d’Andrea à repousser les limites du possible, a amené Toyota à la contacter pour lui proposer un partenariat en 2012 Nous avons travaillé en étroite collaboration avec Andrea afin de créer des composants légers sur mesure en fibre de carbone pour son vélo et sa luge qui lui conféreraient un surcroît de confort et de vitesse aux Jeux paralympiques.

Lauren Woolstencroft - Ski alpin handisport

NAISSANCE

Le 24 novembre 1981

VILLE

Banff, AB, Canada

SPORT

Ski alpin handisport

JEUX PARALYMPIQUES

2002, 2006, 2010

RÉUSSIR L’IMPOSSIBLE

Lauren est née sans bras gauche à partir du coude et sans jambes à partir des genoux, mais cela ne l’a pas empêchée de développer une passion pour le sport. Elle a commencé à dévaler les pistes le week-end aux côtés de son père, lui-même amateur de ski, et cette discipline est rapidement devenue la grande passion de la jeune athlète. En dépit des immenses difficultés et des revers, Lauren a commencé à concourir pour l’équipe de ski alpin handisport de l’Alberta à l’âge de 14 ans.

«Lorsque j’ai débuté la compétition, j’étais persuadée de ne jamais pouvoir atteindre la dernière marche du podium. Mais grâce à des années d’entraînement et de travail acharné, et à une formidable équipe à mes côtés, j’ai fini par remporter dix médailles aux Jeux paralympiques.»

Mon parcours olympique en un mot? Je dirais: détermination

Descente après descente, Lauren a continué à repousser les limites du possible. Elle est devenue l’une des skieuses handisport les plus titrées au monde avec l’équipe canadienne de ski alpin handisport, remportant dix médailles — huit en or, une en argent et une en bronze — aux Jeux paralympiques d’hiver de Salt Lake City en 2002 pour l’équipe du Canada.

En annonçant son retrait de la compétition en 2010, Lauren a déclaré qu’elle souhaitait qu’on se souvienne d’elle comme une athlète qui a dû surmonter de nombreux défis pour parvenir à la victoire.

Han Min-Su - Para-hockey sur glace

NAISSANCE

Le 3 juin 1970

VILLE

Séoul, Corée du Sud

SPORT

Para-hockey sur glace

JEUX PARALYMPIQUES D’HIVER

2010, 2014

RÉUSSIR L’IMPOSSIBLE

A 23 ans, souffrant de polyarthrite rhumatoïde dans les deux jambes, Han décida de gravir une montagne de 1708 mètres de haut. Quand il atteignit le sommet 17 heures plus tard, il ressentit tout le courage qu’il lui faudrait pour transformer sa vie et réaliser l’impossible.

Sept ans plus tard, quand le diagnostic d’ostéomyélite tomba et qu’il dut être amputé de la jambe gauche, Han revit ce moment triomphal au sommet de la montagne et décida de poursuivre son rêve sans relâche et de devenir un athlète de calibre international.

C’est un immense défi que de se fixer un objectif et de faire tout son possible pour l’atteindre, avec tous les efforts que cela implique. Mais je me sens vivant et je suis content de jouer au hockey.

Han commença à participer à des compétitions d’haltérophilie handisport, de basket et de rugby en fauteuil au niveau national en Corée du Sud, mais c’est sur la glace que Han trouva sa vocation. Han se distingua en devenant la superstar des Jeux paralympiques 2010 à Vancouver. A domicile lors des Jeux paralympiques 2018 en Corée du Sud, il triompha en tant que capitaine de son équipe, remportant la médaille de bronze en para-hockey.

Michael Milton - Ski alpin handisport

NAISSANCE

Le 21 mars 1973

VILLE

Canberra, Australie

SPORT

Ski alpin handisport et cyclisme

JEUX PARALYMPIQUES

2008
JEUX PARALYMPIQUES D’HIVER
1988, 1992, 1994, 2002, 2006

RÉUSSIR L’IMPOSSIBLE

A peine avait-il appris à marcher que Michael commençait déjà à courir. Sa famille, habituée des pistes, se rendait régulièrement à la montagne, près de Canberra, où il est devenu accro à l’euphorie ressentie en dévalant les pentes.

Alors qu’il était âgé de neuf ans, Michael a découvert qu’il était atteint d’un cancer des os et sa jambe a dû être amputée au-dessus du genou. Après une période difficile où il a dû apprendre à marcher avec une seule jambe, Michael, alors âgé de 11 ans, était prêt à revisiter les limites de ses capacités au travers du sport.

Pour moi, se mouvoir revient à explorer, découvrir le monde et faire toutes les expériences possibles.

Une vie de dévouement et un entraînement régulier ont fait de Michael l’athlète paralympique australien le plus brillant des Jeux paralympiques d’hiver. Michael pratique aussi l’athlétisme handisport, le VTT et le paratriathlon. «Je n’aime pas imaginer que certaines choses me sont impossibles. Je pense que la vie est faite pour tester les limites et voir ce qu’il est possible d’accomplir.»

Inspirée par l’histoire de Michael, Toyota Australie a commencé à collaborer avec cet athlète paralympique aux talents multiples en 2002, avant de lui confier le rôle d’ambassadeur officiel de la marque en 2007. Toyota est enthousiaste à l’idée de rester aux côtés de Michael et de partager avec lui ses prochains rêves athlétiques.

Rami Anis - Natation

NAISSANCE

Le 18 mars 1991

VILLE

Alep, Syrie. Il réside actuellement à Eeklo en Belgique.

SPORT

Natation

JEUX OLYMPIQUES

2016

RÉUSSIR L’IMPOSSIBLE

En 2015, après avoir passé quatre ans en Turquie en tant que réfugié, Rami, nageur syrien, décide de rejoindre l’Europe pour poursuivre son rêve olympique. Il brave les eaux dangereuses de la Méditerranée sur un bateau pneumatique et arrive sur une île grecque. Il entame alors un périple périlleux à travers l’Europe et finit par rejoindre la Belgique, où il reçoit le droit d’asile.

Après son épopée héroïque, les rêves olympiques de Rami sont à sa portée. En 2016, le nageur syrien et dix autres courageux athlètes ont défilé derrière le drapeau de l’équipe olympique des réfugiés lors de la cérémonie d’ouverture au Brésil. Pour ses premiers Jeux olympiques, Rami a battu son record personnel en finissant le 100 mètres nage libre en 54,25 secondes.

Pour moi, les Jeux olympiques sont un rêve et le village mon foyer.

«Mon message aux réfugiés du monde entier: même si vous traversez des moments difficiles, laissez-les derrière vous et tentez de réaliser vos rêves!»

Rami réalise les siens, tout en donnant de l’espoir aux millions de personnes déplacées de par le monde, qu’elles viennent de régions frappées par la guerre ou la pauvreté.

Tyrone Pillay - Athlète handisport

NAISSANCE

Le 1er mai 1980

VILLE

Durban, Afrique du Sud

SPORT

Athlétisme handisport

JEUX PARALYMPIQUES

2016

RÉUSSIR L’IMPOSSIBLE

Tyrone a toujours rêvé de devenir un grand athlète. Il rêvait de jouer dans l’équipe de cricket sud-africaine et pensait que c’était ce à quoi il était destiné. Il pratiqua ce sport pendant plus de 14 ans avant de comprendre qu’à cause de son handicap, son rêve ne se réaliserait jamais.

Au fil des années, alors qu’il s’habituait à sa prothèse pour le pied gauche, Tyrone finit par se convaincre que le rêve olympique était hors de sa portée. Malgré cela, il consacra chaque moment de son temps libre, après son travail chez Toyota S.A. et le week-end, à faire du sport avec ses amis et ses collègues.

Huit ans plus tard, Tyrone participait aux épreuves de lancer de poids à Rio pour l’équipe d’Afrique du Sud. Lors de ses tout premiers Jeux paralympiques, il accepta fièrement la médaille de bronze pour son pays.

Quelques années plus tard, en 2008, alors qu’il regardait les épreuves de lancer de poids des Jeux paralympiques de Pékin à la télévision, ses rêves de gloire olympique se réveillèrent en voyant des athlètes, grands et forts comme lui sur la scène internationale. C’est à ce moment que Tyrone a su qu’il était destiné à devenir athlète paralympique.

Huit ans plus tard, Tyrone participait aux épreuves de lancer de poids à Rio pour l’équipe d’Afrique du Sud. Lors de ses tout premiers Jeux paralympiques, il accepta fièrement la médaille de bronze pour son pays.

Mon défi serait de laisser un héritage à la prochaine génération d’athlètes, d’essayer de créer un monde où personne ne voit de différence entre des personnes valides et des athlètes handisport.

Brad Snyder - Natation paralympique

Malgré avoir perdu la vue au combat, Brad Snyder lève les yeux, comme s’il regardait en direction d’un podium.
NAISSANCE

Le 29 février 1984

VILLE

Reno, Nevada, Etats-Unis

SPORT

Natation paralympique

JEUX PARALYMPIQUES

2012, 2016

RÉUSSIR L’IMPOSSIBLE

Dans l’eau, Brad Snyder se sent libre. Il a appris à nager en Floride alors qu’il n’était encore qu’un jeune enfant et a commencé la compétition à l’âge de 11 ans. Plus tard, Brad est devenu capitaine de l’équipe de natation de l’académie navale américaine.

«Je crois que vivre avec une déficience visuelle, sans rien voir, dans le noir, me semblait impossible les semaines qui ont suivi ma blessure... Mais les Jeux paralympiques m’ont prouvé que même si je ne vois plus, je suis encore capable de faire énormément de choses.»

Quand Brad est rentré d’Afghanistan après avoir été blessé, il a dû apprendre à trouver ses repères dans l’obscurité. Avec le soutien de sa famille, ce soldat autrefois si autonome a réappris les gestes les plus simples comme manger, s’habiller ou aller aux toilettes.

Je veux que [mon histoire] soit entendue et qu’elle inspire la prochaine génération d’athlètes à rêver de monter sur le podium paralympique.

Après seulement quelques mois de convalescence, Brad a décidé de reprendre le chemin de l’eau, un univers qui lui est familier. Un an jour pour jour après avoir perdu la vue au combat, il est fièrement monté sur le podium paralympique et a offert la médaille d’or à l’équipe des Etats-Unis. Brad détient actuellement le record mondial du 100 mètres nage libre pour les nageurs complètement aveugles.

Aujourd’hui, Brad s’est trouvé une nouvelle ambition: adopter un deuxième sport et participer au paratriathlon de Tokyo en 2020.

Lucy Ogechukwu Ejike - Haltérophilie handisport

 Lucy Ogechukwu Ejike fait une pause dans son entraînement.
NAISSANCE

Le 16 octobre 1977

VILLE

Enugu, Nigeria

SPORT

Haltérophilie handisport

JEUX PARALYMPIQUES

2000, 2004, 2008, 2012, 2016

RÉUSSIR L’IMPOSSIBLE

Quand Lucy quitta sa ville natale d’Enugu pour rejoindre un foyer pour personnes handicapées, un monde d’opportunités s’ouvrit à elle, notamment l’univers du sport. Elle s’intéressa particulièrement à l’haltérophilie handisport, une activité compétitive à laquelle elle pouvait participer dans son fauteuil.

Peu avant les Jeux paralympiques de Sydney en 2000, Lucy commença un entraînement rigoureux en haltérophilie. Cette année-là, lors de sa première compétition, elle offrit la médaille d’argent à l’équipe du Nigeria. Aux Jeux paralympiques d’Athènes de 2004, dans la même catégorie de poids, Lucy battit deux fois le record mondial d’haltérophilie paralympique et remporta la médaille d’or.

En 2016, Lucy fit à nouveau les gros titres lors des Jeux paralympiques de Rio en battant trois records du monde et en remportant sa troisième médaille d’or paralympique.

/

Mon conseil aux [jeunes filles qui sont tentées par l’haltérophilie] est de ne pas avoir peur. Elles en sont capables. Qu’elles nous rejoignent. Avec de la détermination, elles peuvent atteindre leur but.

Luik Triplets - Athletics

En tenues de course accordées, Liina, Lily et Leila posent avec le drapeau estonien.
NAISSANCE

Le 14 octobre 1985

VILLE

Tartu, Estonie

SPORT

Athlétisme

JEUX OLYMPIQUES

2016

RÉUSSIR L’IMPOSSIBLE

La course de fond n’est devenue la passion commune des sœurs Luik qu’à l’âge de 24 ans. Première à se lancer, Liina a incité ses sœurs à la rejoindre. Un processus naturel à ses yeux: «Pour nous, le mouvement est synonyme de liberté». L’ambition sportive des sœurs a donné naissance à un objectif commun incroyable, celui de courir ensemble et de s’affronter aux Jeux olympiques.

«Chacun peut faire de son rêve olympique une réalité, même en ayant quelque peu passé l’âge – tout comme nous», affirme Liina Luik.

Après des mois d’entraînement sans relâche, les sœurs Luik se sont qualifiées pour les Jeux olympiques 2016 à Rio, faisant d’elles les premières et uniques triplées à participer à cette compétition. A l’issue de la course, épuisées mais heureuses, Lily Liina et Leila se sont tenues par les épaules, fières d’avoir réalisé leur rêve de courir ensemble aux Jeux olympiques.

«Nous pensions que c’était impossible en commençant la course si tard, à 24 ans. Mais ce n’est pas une question d’âge. Il est possible de participer aux Jeux olympiques même en n’étant plus si jeune que cela.» — Liina Luik

Shane Gould - Natation

Shane Gould, toujours une athlète de pointe, rit en sortant de la piscine olympique.
NAISSANCE

Le 23 novembre 1956

VILLE

Bicheno, Tasmanie, Australie

SPORT

Natation

JEUX OLYMPIQUES

1972

RÉUSSIR L’IMPOSSIBLE

C’est lors du retour de sa famille dans son Australie natale, après avoir vécu aux Fidji, que Shane a commencé la natation de compétition, alors qu’elle commençait l’école primaire. Star naissante, la jeune Shane a rapidement gravi les échelons pour faire son entrée sur la scène olympique à tout juste 15 ans.

Shane s’est imposée aux Jeux olympiques de Munich en 1972, en remportant cinq médailles: trois médailles d’or, une médaille d’argent et une médaille de bronze. Elle a simultanément détenu les records du monde du 100, 200, 400, 800 et 1500 m nage libre, ainsi que celui du 200 m quatre nages individuel.

Mon plus beau souvenir des Jeux olympiques, c’est de voir des gens du monde entier se mesurer les uns aux autres en paix.

Shane s’est retrouvée sous le feu des projecteurs après sa performance aux Jeux de 1972. Sous la pression de la célébrité qu’elle supportait mal, la jeune sportive abandonna la natation de compétition et se tourna vers de nouveaux défis, en recommençant à explorer l’océan sauvage de son enfance. Ce n’est que vingt ans plus tard que Shane reprit la compétition de haut niveau et recommença à battre de nombreux records du monde.

Aujourd’hui, cette nageuse hors pair se consacre au Shane Gould Swimming Project, une organisation à but non lucratif active aux Fidji, en Suède et dans les communautés aborigènes d’Australie, qui transmet aux nageurs débutants les compétences nécessaires pour assurer leur sécurité.

Under this Olympic and Paralympic flag, let us reaffirm the power of sport to bring people together.
AKIO TOYODA
President, Toyota Motor Corporation

L’engagement de Toyota

Partenaire mondial de la mobilité des Jeux olympiques et paralympiques, Toyota met tout en œuvre pour encourager chacun à dépasser les limites et réussir l’impossible.

En collaboration avec le Comité International Olympique et le Comité International Paralympique, nous aspirons à aider les sportifs à réaliser leurs rêves. Et ce n’est là qu’une des mesures de notre engagement pour libérer le potentiel humain par la puissance du mouvement.

Notre protection des données électroniques

Nous utilisons des cookies sur notre site Internet pour vous offrir le meilleur service.  Si vous l'acceptez, vous pouvez continuer de consulter notre site Internet ou vous pouvez vous renseigner sur la manière dont nous gérons les cookies.